Des nouvelles de la SABM

Dodo au Bio

12 octobre 2016 12h41

Le 1er octobre dernier, 55 membres de la SABM ont eu la chance de passer la nuit dans les différents écosystèmes du Biodôme ! L’activité, comportant une visite nocturne des écosystèmes ainsi qu’une visite des coulisses de l’institution, fut très appréciée ! Plusieurs animaux ont pu être observés en action tandis que d’autres furent épiés pendant leur sommeil… Une expérience inoubliable !

Créer l’hiver

10 février 2015 12h07

Les écosystèmes du Biodôme sont une reproduction de la nature. Un des avantages est que l’on contrôle  la température, le vent y est pratiquement inexistant et il pleut selon nos besoin (la pluie est simuler par l’arrosage des plantes exécuté par les horticulteurs).

Afin de stimuler les besoins naturels des animaux, l’équipe d’animalier doit activement créer l’hiver. C’est à dire que l’on récupère de la neige à l’extérieur pour la distribuer dans les habitats d’animaux de l’Érablière des Laurentides. Un travail très apprécié par la Loutre de rivière !

Le programme SEM’AIL jr.

18 mai 2014 12h31

 La SABM est fière de soutenir l’expansion du programme SEM’AILjr  jusqu’en août 2015 permettant ainsi d’élargir le réseau de partenaires en région et de multiplier le nombre de jeunes impliqués dans la sauvegarde de l’ail des bois – une espèce vulnérable vedette de la conservation au Québec.

Au printemps 2010, le Biodôme développait un programme éducatif nouveau genre : SEM’AILjr. La mission secrète de nos agents de l’escouade du F.B.Ail : s’impliquer concrètement dans la conservation de la biodiversité, en créant une nouvelle population viable d’ail des bois dans leur localité.

Vivre une expérience positive en nature en bas âge, représente un moyen efficace de bâtir un lien d’attachement à son environnement. 

Le Biodôme de Montréal a d’abord développé en 1999 SEM’AIL, un programme de sensibilisation et de restauration pour l’ail des bois. De 2000 à 2004, près d’un million de graines ont été distribuées à 1117 propriétaires d’érablières intéressés à semer l’espèce chez eux à des fins de conservation. Aussi, plus de 440 000 bulbes provenant de cueillette illégale ont été replantés par les participants. On estime que ce programme a conduit à la création de plus de 500 nouvelles colonies d’ail des bois dans les régions les plus touchées par la récolte abusive : la Montérégie, Lanaudière, les Laurentides, l’Outaouais et l’Estrie. Malgré tous les efforts consentis, l’espèce est encore largement cueillie! Les agents de la Faune saisissent en moyenne 80 000 bulbes par an!

 L’ail des bois (Allium tricoccum) est une petite plante printanière typique de nos érablières. Ses bulbes sont comestibles et très recherchés par les amateurs. En 1995, elle devenait la première espèce légalement désignée au Québec. La vente est désormais interdite et la cueillette à des fins personnelles est limitée à 50 bulbes par an. Bien connue du public, la voilà devenue une espèce emblématique de la conservation au Québec. 

SEM’AILjr est un volet scolaire qui soulève l’enthousiasme des enfants depuis 2010. Déjà treize écoles des régions les plus touchées par le déclin ont accepté de relever le défi de créer une nouvelle colonie viable d’ail des bois dans leur communauté.

  • La formation des jeunes débute en classe en avril, par un atelier dirigé par une animatrice du Biodôme.
  • Un mois plus tard, toute la classe se rend en forêt pour réaliser la plantation. Chaque élève sème 100 graines, pour un total de 2500-3000 graines par classe.
  • Ces jeunes, majoritairement en 4e année, auront la chance de poursuivre leur mission ‘top secrète’ le printemps suivant, en allant dénombrer les semis émergés et les bulbes transplantés.

Pour la SABM, ce projet constitue une implication concrète en restauration de la biodiversité.

Les premiers pas d’un Gorfou sauteur

2 janvier 2014 12h35

Gorfou sauteur

Un Gorfou sauteur né le 13 octobre dernier est sur le point de faire son entrée dans la cours des grands. Nourri par ses parents jusqu’à l’âge de 40 jours, l’oisillon fut ensuite isolé de la colonie. Cette pratique a pour but d’amorcer l’alimentation à la main par les aquaristes de la section polaire. C’est également à ce moment que débute les séances d’entraînement biomédicales qui sont essentielles à un suivi de santé rigoureux. Maintenant âgé de 80 jours son poids atteint les 2,25 Kg. Il rejoindra la colonie dès janvier et vous pourrez le reconnaître grâce à sa bague verte et or qu’il porte à l’aile droite.

Demander l’aide d’un animateur pour vous aider à le trouver…

Il neige au Biodôme

20 décembre 2013 14h40

Lynx du Canada

Le Biodôme est un lieu où nous essayons de recréer la nature. Afin d’assurer un environnement stimulant, les animaliers de l’Érablière des Laurentides vont jusqu’à ajouter de la neige dans les habitats d’animaux. Ainsi lorsque les conditions le permettent, vous pourrez voir entre autres les lynx et les loutres courir, sauter et même glisser dans la neige. Le 18 décembre dernier, le journal Le Devoir était présent.  Lire l’article…

 

Naissance dans la forêt tropicale

17 septembre 2013 15h45

Caliste diable-enrhumé.

Depuis quelques semaines la communauté d’oiseaux tropicaux est plus nombreuse. Un couple de Caliste diable-enrhumé (Tangara mexicana) s’est reproduit avec succès. La portée de deux oisillons est maintenant sur le point d’être indépendante. Les jeunes (pour l’instant de sexe inconnu) sont très mobiles et se déplacent presque partout dans la forêt tropicale du Biodôme. Il est encore possible de voir les parents nourrir les oisillons, mais pour ce faire il vous faudra regarder à la cîme des arbres… de quoi se donner le torticolis !

Demandez à nos animateurs de vous aider à les trouver.

Intoxication au Zinc

18 juillet 2013 15h37

Hocco à pierre.

Notre Hocco à pierre l’a échappé belle. Un de nos animaliers a remarqué il y a quelques semaines que le Hocco ne se déplaçait pas comme à l’habitude. Il semblait avoir des problèmes de motricité et perdait l’équilibre. Suite à une batterie de test, l’équipe vétérinaire du Biodôme a découvert un objet métallique dans le système digestif de l’oiseau qui, de tout évidence, ne devait pas être là. L’oiseau souffrait d’intoxication au zinc dû à ce corps étranger. Il aura fallu une intervention avec les spécialistes de l’hôpital vétérinaire de St-Hyacinthe pour retirer ce qui c’est confirmé être un sous noir. Cette pièce d’un sous avalée probablement par curiosité était tranquillement dissoute par les enzymes digestives du Hocco à pierre libérant ainsi une dose de zinc suffisante pour provoquer des problèmes neurologiques chez l’oiseaux. Heureusement nous avons pu réagir à temps et suite à un traitement visant à neutraliser l’effet de la pièce métallique, le Hocco a pu retrouver sa santé.

Il est maintenant de retour dans l’écosystème tropical.